Dans Ensemble, c'est mieux sur France 3 - Premier plateau télé !

Nouveauté ! Les Anges imparfaits arrivent...

Stop aux relations toxiques

Je lis beaucoup de livres de développement personnel, j'adore ça. Souvent, je suis déçue par certaines collections qui, traduites de l'américain, ne collent pas toujours avec notre société française. Ce n'est pas la même culture, donc on n'a pas la même appréhension des choses. Récemment, j'ai eu l'occasion de lire "Stop aux relations toxiques" de @julie_arcoulin et autant dire que son état d'esprit colle beaucoup plus avec ma vie. En toute logique, j'ai donc adoré son livre. Simple, efficace et avec un franc parler qui me plaît. "Rien n'est inscrit dans la pierre et, tant que tout le monde est consentant, vous pouvez inventer vos propres règles". Ce genre de petites phrases, parsemées dans le livre m'a plu. Quant à son ami Stijn, je veux le rencontrer ! Avec des conseils, une analyse claire et une bonne dose de remise en questions, ce livre est à mettre entre les mains des personnes qui manquent d'estime d'elles-mêmes et qui ont des relations complexes et toxiques. À lire donc !

Une histoire devenue anecdote

Il y a des histoires qui finissent en anecdotes, parfois un peu plus importantes que d'autres. Ici, ça a commencé avec un concours raté au printemps. Ça aurait pu s'arrêter là, si je n'étais pas devenue critique, je ne sais plus exactement comment de l'histoire lauréate. Et à la lecture : gros coup de cœur pour le livre de @camille.lesur en me disant "mais oui bien sûr, c'était ça qu'ils attendaient !" Mon histoire étaient nettement plus sombre. Celle-ci pétille. Et en plus, elle me prend par les sentiments en nous envoyant en Italie ! Une chose en entraînant une autre, on me propose d'en faire une critique, chose faite donc, qui se retrouve dans le livre...du concours que je n'ai pas gagné (vous suivez ?)! Et pour me remercier voici que chez Jouvence, ils m'envoient quelques petites choses et me prenant par les sentiments, du chocolat (la touche Suisse). Du coup, mesdames et messieurs de chez @editionsjouvence, vous l'aurez voulu, je risque de vous proposer un autre projet entre le chocolat et le très chouette livre de @camille.lesur, vous l'aurez voulu . Et pour en savoir plus sur mon avis, n'hésitez pas à vous procurer le livre, il est dedans avec une histoire qui fait du bien (surtout avec l'hiver qui arrive).

Quand je parle de livres à France 3

Mots français méconnus de la langue anglaise

Un petit guide sympathique, pour les curieux de langue.  A lire par petits morceaux en picorant de-ci de-là. Simple, ludique et assez amusant, c'est le genre de livre qu'on peut lire en se disant "je serai moins bête aujourd'hui" et en s'amusant des a priori que l'on peut avoir. Facile d'accès et à tous niveaux. Un petit plus aussi quand on apprend l'anglais ou le français pour mieux comprendre le sens et l'origine des mots et ainsi avoir une meilleure assimilation.

Idéal à offrir également. 

A découvrir sur Librinova !

La solitude d'une goutte de pluie

Au début, on se dit qu'on est tombé dans un Foenkinos, et puis non, c'est trop bavard, les personnages sont très aiguisés et le héros est encore plus tête à claques. Ensuite, on ne sait plus trop où il veut en venir. On doute, mais on continue parce qu'on est curieux. Et puis voilà Emma. Un joli cliché, certes, mais qui pétille, donne une bouffée d'oxygène à l'ensemble et nous capte jusqu'à la fin. Ça aurait pu être un roman feel-good, de gare, qu'on lit et qu'on jette, mais non, parce que la société citadine actuelle y est dépeint avec un tel sens du détail, qu'on pense davantage à une chronique sociologique. On connait tous un Benoît, la quarantaine et un peu paumé dans sa vie. On aime ou on aime pas la ville, mais elle y est un personnage à part entière. Alors ce n'est pas un feel good, ce n'est pas un cliché, c'est plus que ça. L'auteur maîtrise bien l'art d'analyser les gens, la société avec ce cynisme qui fait sourire. Même si le connaissant, je trouve qu'il reste un peu trop fidèle à lui-même ;), je me suis quand même dit "putain, le con, il écrit bien quand même". Le genre de livre qui pourrait au final se rapprocher du...vous savez, le petit chocolat avec le café à la fin du repas. Voilà donc un petit chocolat que je conseille. Une chronique sociale un peu légère, un personnage au bout du rouleau, mais qui se soigne, une ado rebelle, des personnages féminins haut en couleurs. Un joyeux cocktail, à consommer avec son café !

Le Syndrome de l'imposteur

Le syndrome de l'imposteur. Un thème qui touche de nombreuses personnes et dont il n'est pas simple de se débarrasser. Un livre facile à lire qui décortique bien le problème et l'analyse par catégories (homme, femme, société, parents, enfants...). À chaque fin de chapitre un petit guide d'exercices pratiques pour lutter contre le phénomène qui nous concerne. Simple, pratique, efficace. Le seul petit souci sera comme toujours dans ce type d'ouvrages, qu'il se base sur la société américaine d'où parfois un petit décalage sur notre perception. Je recommande à toutes les personnes qui voudront approfondir le sujet et le petit test du début vous fixera vite si vous êtes concernés ou pas et de quelle façon. À noter aussi, le renforcement du syndrome, grâce aux réseaux sociaux. Fait connu, mais piqûre de rappel utile.

La Traverseuse

La Traverseuse, c'est l'histoire d'Agnès mais aussi de Louis et de Philippe... Ils ne se connaissent pas ou peu. On ne sait pas pourquoi ils forment ce groupe d'exilés. Avec une narration à la 1ère et 3ème personne qui peut paraître un peu froide et déroutante, l'auteure nous entraîne dans leur périple. Elle joue avec les mots autant qu'avec nos nerfs. Se sert de ce périple comme d'une introspection où les personnages sont confrontés à leurs peurs, leurs doutes. On comprend bientôt qui ils sont et pourquoi ils sont dans la neige en pleine nuit, cachés sous un drap. Ils risquent leur vie, mais on suppose rapidement à quelle époque et où ils sont. On comprend aussi leurs blessures et leur choix de partir. Et puis, l'histoire tourne mal, ils sont faits prisonniers. Une lutte sans merci s'engage. On oscille entre beauté des liens humains et horreur de la réalité. Les personnages deviennent des héros de leur propre vie ou plutôt des antihéros. Jusqu'à cette fin. Une histoire inspirée de l'Histoire dont on ne sort pas indemne. Forte, poignante et profondément perturbante...

Smartphone - Incivilités et inepties

On le sait, le smartphone est trop présent dans notre vie, les géants des réseaux sociaux revendent nos infos privées pour leurs seuls intérêts. Les dérives d'internet and co sont nombreuses et beaucoup sont des personnes qui, infantilisées par tout, ça auraient besoin de lois pour se réglementer. Avec le téléphone, il y a le pire. On le sait. Ainsi le livre de Pierre Massot agit comme une piqûre de rappel utile, ne serait-ce que pour évaluer avec ses tests sont taux de toxicité. Ne serait-ce que pour se dire qu'il faut faire quelque chose. Après, je ne suis pas sûre que la désormais très controversée loi Avia soit le remède, mais il est clair qu'il faut une vraie prise de conscience de tout ça. Parce qu'au final, le smartphone et internet agissent sur nous comme une drogue. Un livre facile à lire, que je conseille. Peut-être même comme un outil de discussion pour éviter les pires dérives. Une vraie réflexion sociétale. Juste un petit truc : la coquille amende/amande, qui m'a fait sourire.

Auteurs en lecture avec Occitanie Livre et lecture

 

 

C'est l'histoire d'une nouvelle lauréate d'un beau projet. Qui devait être lu à la @comediedulivre mais qui a vécu un autre parcours tout aussi sympathique.

Merci @laregionoccitanie et à toutes les personnes qui ont participé à cette incroyable aventure.

Parution !

 

 

 

Parce qu'il n'y a pas que les romans... Un très joli guide auquel je suis fière d'avoir participé.

Aimer quand on est hypersensible

Si vous recherchez un guide complet sur l'hypersensibilité amoureuse, n'allez pas plus loin, ce livre est pour vous. Ultra-complet avec ses tests et ses témoignages, il peut parfois s'apparenter à une bible. L'auteure, une spécialiste, n'a voulu oublier personne, c'est chose faite. On se retrouve forcément quelque part et même pour les non hypersensibles, certaines parties, comme celle sur la sexualité, est intéressante parce qu'elle compare justement. Elle tue les clichés et explique que finalement le plus important, c'est de travailler l'estime de soi. Forcément. Un livre qui ne se lit cependant pas comme un roman de gare, que je conseillerais davantage à un lecteur averti qui connait déjà un peu le sujet ou a déjà lu des ouvrages sur l'hypersensibilité en général. Complet et digne d'une Master class donc.

"Ce n'est pas un métier..."

Quand j'avais 5 ans environ, je criais partout que je voulais être écrivain. Je me souviens encore du retour cinglant que j'avais eu : "ce n'est pas un métier, ça". C'était il y a environ 30 ans. Hier, j'ai eu une conversation avec une représentante du métier du livre qui m'a dit :"On va travailler à ce que les auteurs soient reconnus au même titre que les autres artistes, parce qu'on ne pense pas à eux pour des animations, des évènements..." Il y a quelques jours, je lisais un article où Mathieu Simonet, auteur et ex-président de la Société des gens de lettres expliquait cette volonté de donner un vrai statut aux auteurs. Quand je dis auteur, je parle des professionnels. Vous me direz comme on m'a dit il y a 30 ans que tout le monde peut écrire, que c'est un de mes loisirs. Ça peut l'être oui. Comme la cuisine et pourtant, il y a des cuisiniers professionnels. Comme les photographes et pourtant il y a des photographes pros. Qui eux aussi finalement subissent les mêmes clichés que les auteurs. Alors oui, on peut écrire un journal, un texte, un roman par plaisir et avoir un vrai travail à côté. Mais on peut aussi décider de ne faire que ça et de faire en sorte d'en vivre. Parce qu'un auteur ce n'est pas que Guillaume Musso. Tout comme un chef n'est pas forcément Cyril Lignac. Et astronaute alors, quelle chance de réussir ? Un auteur qui vit de son métier, c'est des années de travail, de sacrifices, de choix, de doutes, d'insécurité financière... Pour faire ce qu'il aime. Parce que c'est une nécessité vitale. Parce qu'il n'y a que ça qui lui plaît. 30 ans après, je suis fière de dire que je suis auteure, c'est mon métier.

La Tresse

Il y a des livres qu'on lit et qu'on oublie et puis les autres, ceux que j'appelle des lectures essentielles. La Tresse fait définitivement partie des lectures essentielles. On plonge dedans et on n'y ressort qu'à la dernière page. Bouleversée et remplie de cette force que dégagent ces trois héroïnes. Parce que comme des actrices brillantes, ces femmes relèvent une histoire qui ne leur est pas favorable. Une société actuelle qui montre les inégalités que vivent au quotidien des femmes de tout pays. Des hommes aussi. Des Intouchables en Inde, des victimes de discrimination au Canada en passant par Giulia en Sicile, finalement trait d'union de cette lutte de plus en plus forte et visible. Un beau livre à lire ! Qui laisse cette envie de lutter contre toutes ces injustices petites ou grandes...

Balance ta cape ! de Anne-Sophie et Fanny Lesage

J'avais adoré "Celle qui a dit fuck" et en voyant l'évolution d'Alice, l'héroïne, je m'étais dit que j'étais obligée de lire Balance ta cape. Alice a des jumelles, est née en juin, fait mille choses. Je me suis même demandée si les auteurs ne s'étaient pas inspirées de moi^^. Mais non, elles se sont inspirés de toutes les femmes qui portent une cape trop lourde. En cette période bien particulière, il me fallait un livre coup de pied au derrière et celui-ci en est un. Et ça fait du bien ! Résolument optimiste, allégeant, il y a foule de trucs et astuces pour que "ça aille". Et puis, ça m'a donné envie de découvrir le Sisu, ça m'a donné envie de prendre du recul tout en continuant de croire en moi. Un livre inspirant. Un livre qui fait du bien. Je ne dirai qu'une seule chose : merci !

Irresponsables de Marc-Arthur Gauthey

On pourrait dire que ça traite de la relation père/fils. De la relation entre frères, mais ça va plus loin. C'est tout à la fois un hommage à son père disparu trop tôt, un questionnement sur ses capacités à devenir père lui-même. Une belle ascension en montagne (un peu d'air en ce moment, ça ne fait pas de mal). Une belle écriture, fluide, pour une histoire vraie, touchante, pleine de pudeur même si on voit au fond qu'elle est écrite avec les "tripes". Sans tomber dans le pathos. C'est doux, parfois même léger (le notaire s’appelait-il vraiment Olaf ?). Et puis ça se passe dans ma région. Et puis, on se demande bien ce que ces deux frères vont chercher tout là-haut et ce n'est pas juste un prétexte à raconter l'enfance de l'auteur. Une belle histoire que je recommande. Un bel hymne à la montagne. À paraître très bientôt !

La fabrique des petits bonheurs

Certains livres commencent par une rencontre. Celui-ci, celle de l'auteure dans un salon du livre. Son livre n'était pas encore sorti, mais rien qu'en discutant avec elle, je savais qu'il serait haut en couleurs. Et puis j'ai eu la chance de pouvoir le chroniquer et ça m'a confirmé l'idée. Plus qu'un simple roman feel-good, on est dans une histoire sociale, une histoire de tolérance. Comme le dit l'héroïne : "Mon premier roman sera un conte moderne prônant l’acceptation des différences, il se dégustera comme une friandise, par petits bouts, en gardant le meilleur pour la fin. Les Héros marcheront ensemble, côte à côte et cœur à cœur. Ils vivront une aventure personnelle et collective à la fois. Ils voyageront en Fraternité, avec les mots pour traits d'union, comme des mains tendues vers les Autres…" Pour l'auteure, je crois que c'est mission accomplie. Avec un coup de chapeau pour la vengeance de Marilyn. Au top ! Un livre qui fait du bien, surtout en ce moment.

 

Merci à Librinova pour la découverte !

Sélectionnée !

Ma nouvelle, Je reviendrai, est sélectionnée par la Comédie du livre de Montpellier. 

J'aurai donc l'honneur de la lire au musée Fabre, le 17 mai !

Intervention scolaire

Tu es invitée à rencontrer des élèves pour parler de ton métier. Ils ont étudié Contes urbains en œuvre intégrale et ont des tas de questions. Sur les photos, sur le texte, sur le métier. Ils ont travaillé sur des textes d'Olivier Barbarant aussi et te comparent à lui... Tu souris, flattée. Ils veulent que tu leur apprennent à écrire comme toi parce qu'ils ont un projet de livre. Ce n'est pas des jeunes comme les autres, ce sont des cabossés, la vie ne les a pas épargnés. À la fin de la matinée, ils avaient écrit des tas de textes. Ils feront des photos "comme Olivier Veyret". Ils étaient fiers et ont adoré. Alors, en sortant de l'établissement, un sourire aux lèvres, tu te dis que c'est sans doute pour ça que tu écris... Merci à Cyril, leur prof. Avis aux autres profs 😉 et à suivre...

Lecture-exposition à L'Astronef

Dimanche 2 février, j'aurais le plaisir de faire une lecture déambulatoire de Contes urbains, contes anodins. L'occasion de retrouver l'exposition complète visible tout le mois de février à L'Astronef (Toulouse) à 13h15 !

C'est l'histoire d'un zèbre...

Il y a des livres qu'on aime, d'autres qu'on n'arrive pas à finir et enfin ceux qu'on dévore en s'y retrouvant complètement. Ça ne m'arrive pas souvent en dehors de certains romans, mais celui-ci m'a bluffé. J'ai presque envie de dire à l'auteur "bien joué". Même si parfois, je l'ai trouvé un peu "trop". Mais il paraît que c'est normal pour un zèbre. Je crois que moi aussi j'aurais aimé le lire à 20 ans... Ou pas, parce qu'après tout là, c'était bien aussi. Essentiel même. Je le conseillerai à tous les zèbres et puis aux autres, parce que c'est bien de comprendre les choses. Et puis si vous n'aimez pas lire, la FAQ de la fin résume bien 😉. Je conclurai donc en disant waouh (pour la claque) et merci (pour la claque aussi). Ça fait du bien. Et je crois que c'est le but. Merci @monsieurwilliam et @editionsleduc ! Un débat peut-être, n'est-ce pas finalement essayer de rentrer dans le moule que de se donner l'étiquette de zèbre ? Alors que le principe du zèbre est de ne pas être dans le moule 😊😇😉. Une question que je me suis posée.

Retour de lecture : Amarante

Si vous aimez les belles histoires, si vous aimez les histoires avec une ambiance Tim Burtonienne, si vous aimez les histoires qui sont de vrais contes fantastiques, avec un soupçon de romantisme et une pointe d'érotisme, alors vous aimerez Amarante. Un joli coup de cœur pour ma part. Un beau conte à offrir... à soi-même.

 

Amarante de Pierre Benazech et Senyphine.

Revue de presse : un belle article sur Voyage en terre rouge dans Open Mind !

Retour en images : Cordes sur Ciel !

Retour sur le salon jeunesse de Cordes sur ciel où on se sent un peu comme chez nous, où les gens s'intéressent, discutent et sont accessibles où de jolis projets se développent, où l'on mange des Croquants (de Cordes forcément) et où même les chats sont fans 😊. À refaire. Merci de l'accueil !
Prochaine date, ce jeudi 5 décembre au rendez-vous des voyageurs à Toulouse.

Passage radio et dernières dates de l'année

Je serai ce dimanche 1er décembre au salon du livre de Cordes sur ciel, je parle à cette occasion de Contes urbains, contes anodins sur Cfm Radio : Coup de projecteur

 

Le 5 décembre à 20h30 et le 17 décembre (avec Simon Brändli), je serai au Rendez-vous des voyageurs pour parler de Madagascar.

 

Le 7 décembre, je serai à partir de 15h à la librairie Attitude de Gaillac. Une fin d'année chargée !

A découvrir : Temps & équilibre

Il y a ce genre de personnes que tu suis depuis ses débuts. Et puis un jour, tu gagnes un de ses programmes et un livre-cahier. Sans trop savoir où tu vas, tu le fais... Et c'est une grosse claque. Un programme que je conseille à toutes les personnes qui pensent ne pas en avoir besoin 😉. N'hésitez pas à découvrir son activité en tout cas. Le livre-cahier, je viens de le finir. J'ai pris mon temps, pesé les mots, répondu aux questions, fait les exercices. Même si pas mal de choses me parlaient, sa simplicité, son aspect ludique m'ont permis de faire une piqûre de rappel sur plein de choses comme le fait que nous ne sommes pas multitâches ou encore l'importance du lâcher-prise. Un petit guide que je recommande donc et je remercie @dianeballonad pour ce concours.

Terralire : Retour en images

Après Montredon, Albi

Après le très sympathique salon du livre de Montredon, prochaine étape Albi avec pour la toute première fois, l'exposition entière de Contes urbains, contes anodins.

Sortir de sa zone de confort

Sortir de sa zone de confort...encore. Hier, je suis partie sur l'idée de lâcher prise pour une présentation de livre que je devais faire dans un très chouette endroit, L'itinéraire bis. Des présentations, j'en ai fait plein après tout. Sur ce livre, j'étais seule pour la première fois. L'itinéraire bis, en arrivant, était rempli de gens...qui n'était pas là pour moi (pour l'avoir fait, c'est plus facile l'inverse). Romain, l'organisateur me tend le micro, je suis sur la scène. Moi, là, seule sur scène avec un micro. Ça m'est arrivé une fois en 2015 pour la marche de Charlie, mais pour trois phrases et pas vraiment seule. Seule devant des élèves, je gère, mais là, je me suis sentie comme un artiste de première partie qui doit chauffer la salle. Les gens se sont assis devant. Ouf. Un couple d'amis arrive. Je respire. Je commence mon "show". Les gens me regardent. Le stress redevient gérable. Au bout de 10 minutes, une grande table de devant part. Une petite voix dans ma tête me dit de partir en courant, que les gens s'en foutent. Et puis quelques regards attendent. Je me ressaisis. Je suggère aux gens du fond de se rapprocher. Ils le font. De plus en plus de monde arrive, m'écoute. À la fin, j'ai même eu droit à des questions. Waw, j'ai fait ça. Alors ce n'était pas parfait, je peux améliorer le principe. Mais franchement, je l'ai fait ! Et au passage, je remercie l'équipe de l'itinéraire bis que j'avais croisée aux prémices du projet. C'est un chouette endroit que je recommande aussi pour juste boire un verre ou manger des tapas 😉

Les prochaines dates...

Guide de survie à l'usage des hypersensibles empathiques

Une lecture atypique d'un ouvrage qui me sert aussi à développer un personnage d'un futur roman. Les points + : un livre complet sur l'hyperempathie et l'hypersensibilité. Un chapitre presque vital sur les vampires énergétiques. Des conseils et exercices utiles. Les points - : une orientation très spirituelle voire religieuse qui peut parfois gêner. Et là, ma casquette d'éditrice relève beaucoup de coquilles dérangeantes à la lecture. C'est dommage, surtout venant d'un assez gros éditeur.

Je conseille malgré tout pour les personnes qui s'y retrouveront.
Une citation que j'ai beaucoup aimée : "La planète n'a pas besoin de plus de gens "qui ont réussi". La planète a désespérément besoin d'un plus grand nombre d'artisans de la paix, de thérapeutes, d'esprits novateurs, de conteurs, d'amoureux de toutes sortes. Elle a besoin que les gens vivent bien là où ils sont. Elle a besoin de gens dotés du courage moral nécessaire pour participer à l'effort visant à faire de notre monde un lieu humain et habitable. Toutes ces qualités ont peu de choses à voir avec le succès tel que nous le définissons dans notre culture." David Orr.

Retour sur l'Île aux livres (île de Ré) : Quand les photos parlent d'elles-mêmes...

Revue de presse // Dans le petit journal toulousain...

Article paru dans le Petit journal de Toulouse à découvrir ici : Contes urbains, contes anodins.

Retour sur Pampelonne : un vrai plaisir !

La lutte - Extrait de Brèves de jour, jouée par les enfants de la troupe de la Déc'ouverte

A propos de samedi...

Les dédicaces ont ce mélange de stress, d'excitation et d'énergie qui est enrichissant pour un auteur.  Et puis les anecdotes... A la librairie Coulier, à Castres, il y a eu cet ancien journaliste qui m'a appris que St Ex était passé par là.  Il y a eu aussi ce "vous avez du talent, vous irez loin." Le genre de propos qui fait votre journée. A la librairie Attitude d'Albi, un peu plus de folie avec la perle de ma journée "Oh, je n'ai jamais rencontré d'auteure, je peux vous toucher le bras ?"

Un joli compliment pour l'expo photos. Et des échanges incroyables. Prochaine étape la Fête du livre de Pampelonne dans 15 jours...

Dans la presse !

Le Pacte d'Avril

Il y a ce genre de livre dont on pourrait se faire une idée toute préfabriquée : encore un feel-good ? Mais c'était mal connaître l'auteure. Elle raconte l'histoire d'Avril qui a 35 ans. Comme je viens de les fêter, je me suis dit que j'allais tenter. Et en fait, comme dire... Je crois que j'ai trouvé la version féminine de David Foenkinos. Il y a beaucoup de finesse dans ses personnages, beaucoup de délicatesse dans son histoire et une belle richesse du détail. Le genre de livre qui nous fait réfléchir un peu à notre vie sous un œil plus simple et plus beau. Un joli coup de cœur. Une phrase que j'aime bien "Les dimanches soir sont des journées particulières au cour desquelles tout peut se jouer à un cheveu." Dans le livre, elle parle des auteurs qui n'écrivent qu'un seul livre. J'espère que ce ne sera pas son cas ! 

Retour de salons

En attendant les prochains salons...

En attendant les prochains salons dont les trois prestigieux salons du mois de Mai ! (voir où se croiser ?), une très chouette critique sur Voyage en terre rouge. Sans doute mon livre le plus difficile à écrire, le plus personnel aussi... Et ça fait du bien de lire ça.

Une histoire de Numérologie

"Le principal défaut de l'homme est de rejeter la faute sur un tiers, de mettre la responsabilité de ses déboires sur quelqu'un d'autre, d'accuser ou d'être en colère contre les autres au lieu d'assumer ses actes et ses propres responsabilités." Au delà de cette phrase qui m'a le plus marqué, un ouvrage ludique, complet, parfait pour les débutants en numérologie comme moi. Je n'ai pas forcément eu de révélation révolutionnaire, car j'avais déjà testé pas mal d'autres choses, mais ce livre permet de mettre tout à plat, de tout regrouper, pour mieux comprendre dans sa globalité. Et qui sait, peut-être avancer une bonne fois pour toute. Je conseille donc à toutes les personnes un peu perdues qui cherchent des réponses concrètes.

A la découverte de Madagascar... à Pampelonne

Il y a des journées 100% littéraire qui font du bien. Un atelier complet où une personne te dit "Au fait, j'ai acheté vos Contes." Ensuite, on poursuit avec une conférence au top à la médiathèque de Pampelonne (Merci Bénédicte et sa collègue pour l'organisation du tonnerre). Et on finit par un after à refaire le monde avec ceux qui restent. 

Contes urbains, contes anodins... la sortie en images !

Demain, la vie t'appartient

Il y a ce genre de livre qui, lorsque vous commencez, vous vous dites, tiens encore un roman feel good. Mais quelque chose vous intrigue, ce n'est pas comme d'habitude. Alors vous continuez. Et plus vous continuez, plus vous cherchez le truc...que vous ne trouverez qu'à la fin en vous disant que c'était bien trouvé. Une chouette histoire donc. D'autant plus qu'on a un énorme point commun avec elle, on adore David Foenkinos. Donc je me suis régalé d'y retrouver des tas de clins d'œil. Des personnages qui me parlent, des étapes de vie qui me parlent. L'éditrice a un peu râlé sur les coquilles du début, mais la lectrice a bien aimé commencer l'année avec ce livre. Je recommande donc cette histoire fort sympathique et sans prétention, si vous voulez passer un bon moment.

Revue de presse // Dans le Tarn libre et sur RCF

Après deux très chouettes articles dans le Tarn libre, puis un dans la Dépêche du Midi, voici l'émission radio de RCF Pays Tarnais, diffusée ce mardi ! 

Merci à Isabelle Galkine pour son accueil.

 

Pour écouter l'émission, c'est par ici : Emission de RCF

2019 : une année de retour à l'écrit avec de beaux projets !

2019 sera l'année du retour à mes premiers amours : l'écrit artistique.

Avec deux sorties : Voyage en terre rouge, récit de voyage sur Madagascar que j'ai co-écrit (décembre 2018, Yucca Editions) et Contes urbains, contes anodins dont je signe les textes (à paraître le 11 février). 

D'autres projets s'y ajouteront mais j'ai hâte de vous faire découvrir ces deux-là à l'occasion de dédicaces et salons tout au long de l'année.

 

La prochaine conférence-dédicace d'ailleurs aura lieu à la Librairie La Dilettante de Rabastens (81) le samedi 19 janvier à 16h !

 

En vous souhaitant le meilleur pour 2019.

La femme qui voit de l'autre côté du miroir

Il y a ce genre de livres qu'on gagne un peu par hasard et qui gagne à être connu. Il ne donne pas toutes les clés mais il amène à une certaine réflexion sur l'estime de soi, le rapport des gens avec la nourriture, le rapport affectif, l'image de soi. Des livres qui vous remuent intérieurement qui vous font réfléchir à des choses. Il n'y a pas de hasard. Un livre que je conseille. Une écriture simple, efficace. Et puis aussi parce qu'on a toutes et même tous été un peu une Lucie.

Dédicaces de décembre

Dédicaces de décembre :

 

- Dimanche 16 décembre au Cultura de Balma (Toulouse) de 10h à 12h et de 14h à 16h.

 

- Vendredi 21 décembre à la maison de la citoyenneté de Carmaux, à partir de 18h pour un apéro-dédicace.

 

- En 2019 // Samedi 19 janvier : rencontre-dédicace à La Dilettante, Rabastens (81).

Mon cahier super organisé

Se déplacer en train permet de lire... Alors j'en profite pour y intégrer ce rituel de lire des livres ou cahiers de développement personnel. Celui-ci est plutôt bien fait, ludique, plein de bonnes idées et de choses dérangeantes quand on a comme moi, du mal à changer ses habitudes. Mais ça fait du bien de se remettre en question. Je le conseille à toutes les femmes qui ont besoin de faire un peu de ménage pour bien s'organiser. Seule chose que je regrette un peu, c'est qu'il ne s'adresse pas forcément aux mamans, du coup, pas toujours possible de mettre tout en place mais le chapitre sur la vie numérique m'a bien aidé ! Je conseille donc.

A Terralire Albi

En dédicace // Je serai présente au 1er salon du livre des éditeurs d'Occitanie à Albi, le vendredi 23 et le dimanche 25 (pas le samedi).

 

Au plaisir de vous y retrouver !

Voyage en Terre rouge arrive pour Noël !

Voyage en terre rouge, récit de mon voyage humanitaire à Madagascar paraîtra le 16 décembre chez Yucca éditions.

 

En quelques mots : 

 

Voyage en terre rouge est tout à la fois un récit de voyage et une réflexion sur Madagascar. Stéphanie Chaulot et Simon Brändli retracent les mois passés là-bas fin 2010, peu de temps après le coup d’état qui a vu arriver Andry Rajoelina au pouvoir.

Dès les premières pages, nous sommes plongés dans ce que Madagascar a de plus beau et de plus terrible : d’un côté, une biodiversité unique au monde, un peuple chaleureux, courageux — dont la culture n’a rien de commun avec notre culture occidentale — un sous-sol parmi les plus riches du monde ; d’un autre coté, une situation économique, écologique et politique désastreuse, des convoitises nombreuses auxquelles n’arrive pas à faire face le peuple malgache, une situation qui se dégrade rapidement, un pays qui court inévitablement vers sa destruction.
Sac au dos à travers le pays, ils vous emmènent pour le plus incroyable des voyages...

Pour le pré-commandé en édition collector numérotée, c'est par ici : En savoir plus

Quand le chewing-gum gagne un prix...

Au printemps dernier, je tentais l'expérience d'envoyer mon livre au concours d'une agence de communication sans trop me poser de questions. En juin, je recevais un mail stipulant que je faisais partie des gagnants. "Comme un chewing-gum collé à ma chaussure" n'existait pas encore tout à fait, mais c'était l'occasion ou jamais. 

Il y a quelques jours, j'ai reçu le communiqué de presse de l'agence C2Laure et je vous invite à le découvrir en cliquant ici : le communiqué

Un roman qui vous coach...

Il y a des livres qui parfois vous tombent dans les mains, on ne sait pas trop pourquoi. Je cherchais un de ces fameux romans coach par curiosité éditoriale et je suis tombée sur celui-là. C'était le seul, je me suis dit banco. 

Une histoire intéressante qui est malheureusement d'actualité pour beaucoup de femmes et d'hommes. La partie coach est bien faite, simple et structurée. De petits tests à faire pour cibler la situation de la personne. Une belle découverte.

La communication narrative (storytelling) ou l'art de communiquer autrement

La communication narrative (également connue sous le nom de storytelling) est une autre façon de communiquer pour les entreprises. Dans une société où les messages sont noyés dans la masse, il est devenu complexe de toucher la bonne cible. Mais il ne faut pas baisser les bras, il suffit de communiquer autrement et pourquoi pas communiquer en prenant son temps pour donner à votre entreprise ou association une autre image. Biographies, recueil d'anecdotes, brochures, raconter votre histoire ensemble sous un nouvel angle...

Reprise des ateliers d'écriture en médiathèque

Les ateliers d'écriture reprennent dès le 29 septembre à la médiathèque de Carmaux, un samedi par mois de 10h15 à 11h45.

 

Voici toutes les dates pour cette année :  Ateliers d'écriture créative dans les médiathèques : Dates des prochains ateliers à la médiathèque de Carmaux, 81 de 10h15 à 11h45 :

- samedi 29 sept

- samedi 20 oct

- samedi 17 nov

- 19 janvier

- 16 février

- 23 mars

- 13 avril

- 25 mai.

Ces ateliers sont gratuits, n'hésitez pas à me contacter pour plus d'informations.

Les jours meilleurs de Cecilia Ahern

J'aime beaucoup cette auteure et c'est presque spontanément que j'ai acheté sa nouveauté. Une écriture fluide, agréable et qui nous emporte presque spontanée dans une histoire ultra optimiste et bien gérée. 

Gros bémol cependant et c'est l'éditrice qui parle, un grand nombre de coquilles dans tout le livre, d'une erreur de prénom dans une phrase (deux fois le même dans la même phrase), un oubli de saut de ligne alors que ce n'est pas la même personne qui parle, des mots manquants, des fautes d'accord, une quinzaine en tout dans les 100 premières pages... Bref, je n'avais pas encore lu de roman Milady, je suis donc restée perplexe. Ça ne gâche cependant rien à l'histoire, mais c'est dommage. 

Une histoire estivale...

Ce livre m'a interpellé pour deux raisons. La première parce qu'il faisait un peu de tapage sur les réseaux et que je cherchais une lecture estivale sans prise de tête. Alors forcément un roman feel-good était l'idéal. Ensuite parce que comme éditrice, j'avais envie de tester ce que valait la maison d'édition. J'ai donc cédé à la tentation du epub en promo (sur Numilog pas Amazon). Lu en quelques jours.

L'histoire remplit bien ses fonctions, les codes de ce type de livres sont respectés. Je me suis laissée emporter malgré quelques clichés (on retrouve la copine fofolle, le meilleur copain gay, le bling-bling et la vraie nature des choses). Mais quand on lit ce type de livres, on le sait. Quelques incohérences (où est passé le copain gay qui avait promis de venir ?), quelques répétitions, mais tout ça passe aussi.

Un personnage très attach(i)ant

Le style est fluide, agréable et le sujet est maîtrisé surtout pour la description des lieux : on sait et l'auteure confirme, qu'elle s'est inspiré de son Clos à elle. Ça se voit. Charlie comme les filles de son âge est très attach(i)ante. On regrette un peu le passage trop rapide d'une rencontre clé à la fin de l'histoire... Je n'en dirai pas plus. Un roman qui tient donc ses promesses : il divertit et rafraîchit. Un livre "pop-corn" qu'on peut apprécier sur la plage. 

Un défaut, qui m'a franchement gonflé (c'est le mot donc je le dis), le véganisme ambiant. Une fois ok, mais deux puis trois fois... Pfff. J'ai failli m'énerver d'autant plus que la troisième fois m'a fait rigoler par son côté décalé : ce n'est visiblement pas grave que l'agriculteur fasse de l'intensif et envoie des camions de pailles partout en Europe (bonjour le bilan carbone et j'en passe), parce qu'il ne mange pas ces animaux... Prôner un truc ok, mais essayer d'être cohérent, c'est mieux. A quoi ça sert de respecter les animaux si on leur faire respirer du CO2 ou si on fait venir notre tofu de l'autre bout du monde.... Mais je ne rentrerais pas plus dans le débat houleux "pro" ou pas. Je ne trouve juste pas sa place dans ce type d'ouvrage. Je fuis en général les conflits sur les réseaux sur ce genre de sujets alors ce n'est pas pour le lire dans un livre qui est là pour me changer les idées. Après, le débat sur l'école, je le partage plus ou moins (pas que Montessori mais plus pédagogie institutionnelle) alors cela m'a moins gêné. Bref. 

Un livre sympathique malgré tout et une maison d'édition (bien sûr elle a l'expérience de sa grande sœur) à suivre...

Une histoire de train

Les trains, les voyages, les gares...il y en a des chansons, des poèmes, des romans entiers. Mon histoire préférée est sans doute le slam de Grand corps malade... Cet univers est un puits sans fond pour les auteurs. C'est même l'un des lieux les mieux pour lire, pour écrire, pour observer. Et je ne parle même pas des romans de gare. J'avais déjà expliqué que j'avais écrit Brèves de jour dans le train, en observant ce qui se passait. Je cite souvent les gares dans mes ateliers, je suggère à mes apprentis auteurs de s'y poser pour observer. Comme les cafés, ce sont des endroits ressources. Dans No et moi de Delphine de Vigan, c'est un lieu de rencontre clé. Et puis, il y avait cette pub aussi avec la jolie chanson (what the world now is love, si je ne me trompe) où tout tournait autour d'un voyage en train. Ça m'a inspiré quelques idées... Et je pense que ça en inspirera d'autres. 

Le pouvoir guérisseur de la forêt

Je n'aurais sans doute pas acheté ce livre, je dois bien l'avouer. Cependant, le recevoir en sp a suffisamment éguisé ma curiosité pour avoir eu envie d'aller plus loin.

Même si vivant à la campagne, je me doutais un peu de la vertue du "vert", je dois dire que le concept du livre m'a plu.

 

Réduire le stress

 

Les auteurs vont plus loin que de compter les points entre la ville et la campagne. Ils se basent sur de vraies études qui prouvent que la nature et la forêt aident dans la lutte et la guérison des cancers... Il y a une dizaine de points bénéfiques ainsi mis en évidence. On y retrouve également les bienfaits chez les personnes TDAH.

 

Le livre nous plonge dans l'histoire du shirin koru et sa philosophie (sans doute la partie à laquelle j'ai le moins accrochée).

En lisant, je me suis cependant rendu compte que c'était finalement assez proche de nos traditions païennes et celtes.

 

J'ai apprécié l'aspect ludique : un découpage en parties, des exemples, des résumés et des tableaux. Ce qui simplifie la lecture.

 

"Aller à la forêt, c'est rentrer à la maison"

 

Quand les auteurs ont parlé pleine conscience et pratique au quotidien, je me suis finalement retrouvé. 

Au final, je dirai que c'est une bouffée d'oxygène même si il enfonce quelques portes ouvertes. Les mises en pratique dans notre quotidien sont tentantes. Et bien sûr, ça ne remplace pas la médecine occidentale mais la complète. Une belle découverte. 

Intervention en classe...

Intervention en classe // Depuis quelques temps, j'interviens davantage sur le monde de l'écrit et de l'édition. Ce matin, c'était presque ça^^. Alors que mon livre de voyage sort à l'automne, j'interviens à la Calandreta de Carmaux pour parler lémuriens, eau potable et Madagascar ! Avec des enfants de 3 à 7 ans. Heureuse d'avoir vu les plus jeunes comprendre les enjeux de tout cela.

Celle qui a dit fuck !

Avec un titre aussi culotté autant dire que la friande de livres de développement personnel que je suis a été intriguée ! 

Le concept est sympa, des conseils, des astuces sous forme de journal, le tout intégré dans une histoire romancée. Le personnage est une sorte de Bridget Jones dans laquelle la plupart des femmes de son âge se reconnaissent. Les exercices sont simples et ludiques, comme le SWOT, avec un petit air de "Pourquoi n'y ai-je pas pensé ?". 

Le livre s'adresse a des trentenaires qui se posent beaucoup trop de questions. Alors forcément, je m'y reconnais, j'ai reconnu certaines de mes amies, j'ai l'âge de l'héroïne (et surtout à la fin, un gros point commun), autant dire que ça me parle.

Trouver son Igikaï, écouter son biorythme, dire fuck à la charge mentale, arrêter de se dévaloriser

Bien sûr, ça ne va pas résoudre tous vos problèmes, mais ça peut vous donner de bonnes pistes pour améliorer les choses. Tous les concepts tendances y passent mais de façon logique et comme on le serait dans la société, l'héroïne est perdue entre tout et finit par trouver ce qui lui correspond le mieux. 

Même si je lui donne une très bonne note, trois petits points négatifs pour moi :

Les phrases en anglais. Je veux bien croire que c'est tendance, mais qu'est-ce que c'est désagréable quand on est plongé dans le français. Le livre s'adresse surtout à des citadines, mais la charge mentale existe aussi à la campagne ;). Et je ne suis pas d'accord pour jeter les affaires, les donner ou les recycler plutôt. On ne jette pas un truc qui est encore utilisable.

 

Un excellent moment au final. Merci à Solar éditions pour cette découverte !

Comme un chewing-gum...

C'était décidé, cette année, c'était l'année de la reprise de l'écriture. Alors que mon gros projet de l'année, mon livre de voyage est en préparation pour sortir à l'automne, celui-ci prend vie d'ici à la fin du mois. Et c'est aussi une aventure. L'histoire a été créée il y a presque quinze ans, une première version a existé mais ça n'allait pas. Alors, elle a été retravaillée, actualisée, des scènes ont été rajoutées. Le tout a été revu et corrigé, le titre changé. Bref, le voici. Parce que pour moi c'est un moment particulier, il paraîtra le jour de la fête de la musique, de l'été... À la rentrée, il y aura des surprises. 

 

Pour le commander, c'est ici : Comme un chewing-gum

Salon et atelier au programme du dernier week-end de mai !

Salon plus modeste que Narbonne, mais non moins sympathique, je serai à Bullolac à Cagnac (81) ce dimanche 27. L'occasion de venir me rencontrer avec votre maman^^.

Week-end studieux puisque la veille, je serai à la médiathèque de Carmaux pour mon dernier atelier d'écriture de la saison !

Être soi suffit...

Être soi suffit de Lyvia Cairo a ce côté tout est dans le titre... Mais pas seulement. Ce n'est pas facile de donner un avis général, parce que comme tous les livres de développement personnel, il correspond aux besoins d'une personne à un moment précis. Ce qui a été mon cas. "Créer sa vie en étant soi", voir ça alors que j'étais en pleine recherche d'un nouveau moi, m'a donc parlé. Simple de lecture, sans prise de tête, il permet de façon ludique de se bouger le c**, comme on dit. Et surtout d'arrêter de se cacher derrière ses peurs. Bien sûr, ça ne marchera pas pour tout le monde, mais ça fait du bien d'essayer et du coup, du bien de le lire... Je ne pense pas que ce soit prise de tête. À vrai dire tout m'a paru évident et c'est ça qui est bien. Un livre que je conseillerais donc à toutes les personnes qui ont besoin de changer de cap, qui cherchent les clés pour trouver ce qu'elles sont ou tout ce qui s'en rapproche. Seul hic, prévoyez la ramette de feuilles blanches ^^. 

Au salon du Grand Narbonne

Participant à peu de salon pour cause de mamanittude^^, j'aurais cependant le plaisir de vous retrouver au salon du Grand Narbonne. Une première d'assister à ce grand salon. Ce sera avec plaisir que je vous serai sur le stand 7 de Yucca Editions avec notamment Brèves de jour et peut-être quelques surprises...

Non !

" Non, nous avons pris la décision de ne pas vous prendre... Désolé."

Un non, la hantise de tous les indépendants, associatifs ou autres. Le non c'est vraiment ce qui peut nous mettre le moral dans les chaussettes, surtout si on débute une nouvelle activité. Ce non là, n'était pas pour moi mais pour mon association. Il n'empêche que lorsqu'on commence une nouvelle activité, si on reçoit un non, peu importe d'où il vient, ça nous met le doute comme on dit. "Est-ce que je vais y arriver ?" On se demande aussi si on a la légitimité pour faire ce que l'on fait.

Pour se remettre sur les rails, une chose à faire. Déjà, se demander si c'était un non isolé ou s'il y en a eu plusieurs. Si c'est un non isolé, ce qui est le cas ici et d'ailleurs même s'il y en a plusieurs, toujours demander pourquoi. Ce n'est peut-être pas vous qui êtes en cause. Ici, c'était ça. Le changement de direction et la nouvelle politique de l'entreprise a fait que ça a changé la donne. Si c'est vous qui êtes mis en cause parce que le prix ne convient pas, la prestation ne convient, dans tous les cas, demander permettra de réorienter son projet et de mieux s'ajuster. Tant qu'on ne vous demande pas une prestation gratuite !

Dans le milieu de l'édition le schéma est le même. Si on vous dit non, essayez toujours de savoir pourquoi, il y a mille raisons de dire non et ça ne met pas pour autant en cause votre talent.

Donc toujours demander. Et on avise après... Si c'est un non ferme et définitif, il ne faudra pas s'acharner. Perdre du temps pour transformer un oui en non, aucun intérêt. Mieux vaut se réorienter et réajuster. Pour un non, il y aura toujours un oui. Dans tous les cas, il faudra rebondir. C'est la règle de base dans ce domaine. La capacité à rebondir. Optimiste jusqu'au bout. Sinon, on n'avance pas. 

Punaise, je suis mal barrée !

[Billet d'humeur] Après une année légèrement chaotique (accouchement catastrophe, hôpital, néonat, difficultés pro et heureusement résilience), je me suis dit qu'il était temps de tout remettre en place dans ma vie. Un des fondamentaux, c'est lire, d'autant plus avec mon travail. J'aime comme beaucoup de gens les livres de développement personnel et je me suis mise à regarder les tendances. Beaucoup parlaient du burn out, de la mère surbookée etc. Même si j'ai pu en lire 1 ou 2, un truc m'a fait flipper : il faut arrêter d'être parfaite. Ah, chouette ! Mais je n'ai jamais essayé en fait. Alors si je n'y arrive pas en n'étant pas parfaite, comment faire pour y arriver ? Vous sentez le moment d'angoisse ? Je me suis dit " Punaise, je suis mal barrée" (version censurée). Parce qu'il faut l'avouer j'ai dû arrêter d'être parfaite, comme on dit, quelque part en 4ème, je crois. Alors du coup... Comment faire pour s'en sortir dans la vie en étant imparfaite alors qu'on l'est déjà et que ça marche pas ? Sans doute fallait-il prendre le mal à la racine : l'organisation, la gestion des tâches, l'échelle des objectifs et des buts à réévaluer.

Moi qui n'avais pas le temps déjà pour aller faire pipi, il fallait que j'en prenne pour organiser mon organisation, autant dire que ce n'est pas une chose qui me plaisait. Le truc, c'est qu'il fallait bien que j'arrête d'arriver en retard de 15 minutes chez la kiné, de faire crâmer mon riz ou que je prenne le temps de me coiffer le matin. Alors je m'y suis mise. Faire une petite liste dans ma tête de choses à faire et puis se dire que c'est pas grave si je n'arrive pas à tout faire tant que j'assure le minimum vital comme payer les factures, donner à manger aux enfants. La base. Et puis, petit à petit, on se dit aussi que ce serait bien d'optimiser chaque moment de calme dans la journée.

Au début, ne dormant pas beaucoup, mes temps de calment servaient surtout à m'écrouler de fatigue, mais peu à peu, mon corps s'étant habitué à dormir peu, je n'avais plus besoin de dormir (ah, ah, la bonne blague) ; non mais, j'ai pu dormir et donc me remettre à faire des choses plus professionnelles comme lire et répondre à mes mails, gérer deux, trois trucs par ci, par là. Et puis petit à petit, une bricole en plus, quelques rares mais précieuses aides de temps en temps pour dépanner et garder les enfants et j'ai enfin pu remettre les éléments les plus importants sur les rails. J'ai aussi pu anticiper la fin de l'aide ménagère en faisant progressivement les tâches à sa place et en laissant tomber le superflu. Ce n'est pas grave si mon haut n'est pas repassé tant qu'il est propre. Voilà en gros l'idée. Il m'a fallu prendre quelques bouffées d'oxygène pour m'aérer l'esprit aussi et ne pas imploser. Installer des routines, comme aller à la piscine tel jour à telle heure même si des fois, la sieste des jumeaux est décalée donc il faut que je décale la séance. Tant que ma carte horaire arrive à diminuer. Installer des habitudes et des routines, c'est important pour les enfants aussi alors ça tombe bien.

Un dernier point sur lequel je travaille encore : revoir les choses qui ne vont pas. Exemple, je n'arrive pas à faire la compta alors je la délègue pour mon asso et je revois mon projet pro en conséquence. Il y en a d'autres des points, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais quand je vois ce qui a été fait, je me dis que je ne peux qu'aller vers du mieux.

Aujourd'hui, j'arrive à dégager des heures entières pour faire des choses importantes et ça, c'est un bon début. 

Je ne suis peut-être pas si mal barrée que ça après tout. À suivre donc... 

Je suis Régate !

Trouver un nouveau sens à mon projet professionnel, avec une nouvelle identité et un nouveau format, voici les réflexions qui m'ont conduit à devenir Régate... Mais Régate, qu'est-ce que c'est ?

 

Régate, c'est une coopérative d'entreprise. Elle nous suit, nous guide et surtout nous permet de ne pas être isolée. Parce qu'il est parfois bien d'avoir un regard extérieur sur son activité, pour pouvoir progresser. Parce que le métier d'entrepreneur s'apprend aussi et que c'est loin d'être un choix facile. 

Ce que je vous propose...

La même chose, en mieux^^. Des activités qui me correspondent davantage et où j'offre le meilleur de moi-même à commencer par la rédaction, mais aussi un accompagnement individualisé dans vos écrits ou dans la mise en mots de vos projets, idées ou autres. Mais pas que. Je vous propose également des formations pour les entreprises, les collectivités, et pour les particuliers. Pour améliorer vos compétences dans l'écrit, rendre votre communication plus performante. 

Mes activités vous intéressent ? Contactez-moi !

Vous conduire vers votre projet...

Vous n'avez jamais eu cette idée dans un coin de votre tête...cette idée de projet ? Associatif, professionnel ou perso. Et puis vous vous dites : "Je le ferai plus tard, les mots me manquent."

Et si je vous aidais à trouver vos mots ? Et si je vous aidais à créer votre projet en partant du début : organiser vos mots. Que ce soit en ateliers, en formation ou en tête à tête, je vous aide à concevoir et développer votre idée en commençant par sa rédaction.

Au revoir là-haut

A l'occasion d'un festival des seconds rôles, j'ai pu voir un film que j'avais raté... Au revoir là-haut d'Albert Dupontel, d'après le livre de Pierre Lemaître.

J'avais entendu autant de bien du film que du livre alors je me suis dit, pourquoi pas le film pour une fois... Et...j'en suis ressortie ébahie. Il y a de la poésie dans ces personnages. De la complexité dans le personnage d'Edouard. Un personnage longtemps incompris, tout en souffrance qui trouve enfin la paix après de longues années d'errance. Il y a quelque chose de profondément humain dans le comportement d'Albert Maillard. Et puis une belle justesse de traitement dans ce qui a été une "saloperie de guerre" où l'on trouve des pourris bien pourris. Une belle fable qui amène à la réflexion tout en douceur, sans tomber dans le pathos. On comprend aisément pourquoi le livre a eu le prix Goncourt. A voir et/ou à lire donc...

Baromètre des relations auteur/éditeur

A l’occasion du salon Livre Paris, la SCAM et la SGDL publient le 7ème baromètre des relations entre auteurs et éditeurs. 

L'occasion de faire le point sur les relations qui ne sont malheureusement pas au beau fixe. Sans doute en lien avec la précarité du statut d'auteur.

 

On a d'ailleurs pu le voir suite à la rogne des intervenants du salon du livre justement qui n'étaient pas tous payés. 

A l'initiative de Samantha Bailly et de plusieurs autres auteurs affiliés à la Charte, ces derniers ont lancé une campagne pour être payé, puisque tout travail mérite salaire. La campagne a fait le buzz sur les réseaux avec le hashtag #paye ton auteur. 

Pour voir l'article sur les relations auteur/éditeur, c'est par ici.

Rêver n'est pas un vilain défaut

Je continue mes chroniques de lectrice avec Rêver n'est pas un vilain défaut de Carole Cerruti (City Editions)...

Non, je n'ai pas d'actions chez City Editions, il se trouve juste qu'en lisant un de leurs livres, je suis tombée sur celui-ci dont le titre m'a interpellé puisqu'il n'est pas sans me rappeler mon premier roman. Toute une histoire...

Voilà ici une romance feel-good comme je n'en avais pas lu depuis longtemps. Je pourrais presque dire, comme je n'en ai pas vu depuis longtemps puisque l'univers de l'auteure me fait de suite penser à Coup de foudre à Nothing Hill et quelques autres. Dans la plus pure tradition anglaise puisque l'intrigue se déroule là-bas. Dans tous les cas, même si certaines scènes sont téléphonées et que l'on se doute de la fin, l'histoire marche bien, est fluide et agréable à lire et très vite addictive comme on peut l'être d'un chocolat chaud en hiver. Et puis, il faut bien le dire, le grain de folie du personnage principal amuse bien, son côté Bridget Jones aussi, quant au personnage dans sa tête, il fallait y penser et c'est sans doute un petit truc en plus qui fait la différence ! Une plume rafraîchissante à suivre...

Il suffira d'un signe...

Avec mon métier, je lis finalement assez peu de livres pour moi et beaucoup pour mon travail, alors qu'en cela arrive, j'aime bien donner mon avis, comme simple lectrice... 

Il suffira d'un signe de Céline Rouillé m'a interpellé aux premiers abords par son titre, plein de promesses avec un petit côté Paolo Coelho, mais il n'en était rien. Très vite, en le commençant, j'ai découvert des personnages très contemporains et la description des décors d'un réalisme qui m'a permis de tout visualiser. Chapeau bas à l'auteure pour cette maîtrise.

Par la suite, l'histoire m'a accrochée... Bon, je ne relèverai qu'à moitié le fait que le résumé précise qu'elle a plus de trente ans, sauf que lorsqu'elle raconte, elle en a 28, mais bon, c'est une déformation professionnelle, ça. L'histoire est dense, très dense et très vite, on est enveloppé jusqu'à ne plus pouvoir en sortir. Plusieurs petites histoires tournent autour de la principale et c'est finalement celles-ci qui m'ont le plus plu. Surtout celle de Carmen. Et quel personnage ! On la croirait tout droit sortie d'Amélie Poulain... Carmen, elle m'a sauvé l'histoire à un moment parce que l’imbroglio familial m'a fait lever les yeux au ciel, il faut bien le dire. Je me suis dit "oh non, ça y est, on tombe dans le soap-opéra avec le père d'une qui est le beau-père de l'autre et les quelques incohérences dans le comportement de Charles... Ce n'était peut-être pas utile d'aller aussi loin (dans les liens familiaux). Mais Carmen était là et elle m'a fait rester. 

Bref, tout cela pour dire que j'ai vraiment apprécié de partager la vie de Jeanne et surtout de l'aider à comprendre son passé. Que Diego, Maryline et tous les autres sont charmants et pétillent et que c'est un réel plaisir de les suivre. Et puis, ça se finit davantage comme une chronique que comme un conte de fée et là, ce n'était pas pour me déplaire.

Je conseille donc. Une belle plume à découvrir !

Le jour où les lions mangeront de la salade verte...ou pas.

Je ne connaissais pas le premier ouvrage de Raphaëlle Giordano quand j'ai acheté celui-ci. Le premier avait des critiques élogieuses, alors je me suis laissé tenter... Je n'aurais pas dû. Certes, il se lit facilement, mais il se lit comme on regarde un film ultra commercial, le pop-corn à la main. L'intrigue est cousue de fil blanc et je ne pense pas que les préceptes anti-burnerie comme elle les nomme soient applicables sur de vrais c***. Je trouve dommage qu'il manque le petit quelque chose qui fasse la différente, ce petit quelque chose qui le différencie de tous ces livres purement commerciaux. J'ai lu plusieurs ouvrages de développement personnel de chez Eyrolles et je m'attendais peut-être à trop de leur collection roman... Je cherche encore à trouver où ça a bloqué... Peut-être un peu trop téléfilm de l'après-midi et pas assez concret pour moi...

Tant pis, je passe mon tour et je trouverai ma pépite ailleurs...

2018 : Sous le signe de l'écriture ?

2018 pointe le bonne de son nez et je ne peux souhaiter que le meilleur à vous qui lisez ses lignes.

Quelques événements habituels reprennent leur chemin : comme les ateliers d'écriture dès le 20 janvier à la médiathèque de Carmaux ! 

 

Même si je serai présente sur quelques salons réputés (pour ma plus grande fierté !) cette année, c'est avant tout du côté de l'écriture que je me tourne avec un retour aux sources vers mon envie première. Du court, du professionnel, du roman, du récit de voyage, il y aura un peu de tout cette année et je me ferai un plaisir de vous en parler.

A propos de Brèves de jour...

Un avis très sympathique à propos de Brève de jour :

 

"Un petit livre sans prétention dans lequel j'ai trouvé beaucoup de plaisir de lecture. 

Des questions existentielles posées en douceur, des touches d'humanité distillées en rimes.
On se laisse emporter facilement par cette lecture."

Interventions en série...

Le mois prochain, c'est avec plaisir que je récidive ma lecture de contes au marché de Noël de Monestiés (81), dimanche 10 décembre.

Quelques jours plus tard, je rendrai visite aux élèves de seconde d'un lycée de rodez (12) pour leur parler édition et écriture...à suivre...

Un auteur dans ma classe

Avec Brèves de jour..., mon recueil de contes, je participe au programme initié par Yucca Editions : Un auteur dans ma classe.

 

Interventions que je fais régulièrement avec mes romans également.

 

Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à me contacter ou à contacter Yucca Editions : www.yucca-editions.fr

Au salon du livre de Gaillac...

*

 

Je serai présente au 22ème salon du livre de Gaillac sur le stand de Yucca Editions, du 7 au 8 octobre. L'occasion pour ceux qui ne l'ont pas encore de découvrir Brèves de jour !

Les ateliers à la rentrée !

Voici les dates pour les ateliers à la médiathèque, à la rentrée :

Samedi 23 septembre à 10h15

Samedi 21 octobre à 10h15

Samedi 18 novembre à 10h15

 

Bonnes vacances !

Prochains ateliers

 

 

 

Alors que le prochain atelier avant l'été aura lieu le 17 juin à la médiathèque de Carmaux, le calendrier pour la saison 2017-2018 se met en place.

 

À noter que j'aurai le plaisir de participer à la fête du livre de Pampelonne le 2 juillet sur le stand de Yucca Éditions !

Lecture de contes à Monesties

Lire un conte qui n'est pas le sien, un exercice intéressant et génial. Le regard des enfants un régal ! Alors il y a eu les téméraires qui veulent se mettre au vélo pour faire comme Nino ou encore ceux qui n'ont plus peur des ogres. Ceux qui ont prouvé qu'ils étaient des ogres^^ et celui qui finalement s'est endormi ;). Deux très chouettes moments !

Les prochains ateliers en méadiathèque

21 janvier
25 février (sous réserves)
25 mars
22 avril
20 mai
le 16 juin pour remplacer le 25 février.
Où ? Médiathèque de Carmaux, 24 avenue Bouloc-Torcatis
Quand ? Un samedi par mois de 10h15 à 11h45.

Ateliers et salons en images...

C'est la rentrée ! Reprise des ateliers...

Alors que Brèves de jour poursuit son chemin et que je serai notamment aux salons du livre de Réalmont (intervention à la médiathèque également) à celui de Gaillac pour le présenter, les ateliers d'écriture reprennent de plus belle !

 

A la médiathèque de Carmaux :

Le 17 septembre.
Le 15 octobre.
Le 19 novembre.
A noter également que cette année, je serais également présente dans les écoles (dans le cadre des activités péri-scolaires), mais aussi sur d'autres projets à découvrir.

Brèves de jour...

Brèves de jour est désormais disponible en format papier (via la boutique de Yucca Editions : ici) et en format numérique sur Amazon.

 

En espérant que ce conte délicatement barré pour petits et grands saura vous plaire !

J'ai 10 ans...

Brèves de jour
Brèves de jour

Voilà bien longtemps que je n'avais pas écrit sur ce blog, emportée par le tourbillon du temps. Comme on dit souvent à travailler sur les livres des autres, on en oublie de prendre du temps pour les siens. Loin de là l'idée d'un quelconque regret. J'adore être du côté obscur de la force^^. Non, il faut simplement trouver le temps pour tout avec son juste milieu. Peut-être quand je serai une grande sage...

Malgré tout, je n'oublie pas ma casquette d'écrivain et j'ai deux-trois projets encore bien au chaud dans mon chapeau. Mais, j'y reviendrai, parce qu'il y a plus important : pourquoi ce titre pour cet article ? 

 

J'ai 10 ans...

 

Tout simplement parce qu'il y a 10 ans, je signais mon premier contrat pour Et puis tout recommencer... Je me souviens, j'étais à la fac (ça rajeunit) et j'ai appris la proposition par téléphone. Un premier pas vers une réalisation, disons, plus concrète de l'écriture.

Et puis tout s'est enchaîné. Enfin presque parce qu'il faut bien se l'avouer, j'ai un rythme de bébé tortue qui sait à peine marcher. Autant dire que ce n'est pas un enchaînement endiablé. Malgré tout, de participations à des recueils collectifs en professionnalisation de ma plume, on peut dire que j'ai un peu touché à tout dans le monde de l'écriture : biographies, articles de presse, transcriptions, guides touristiques, pièces de théâtre ou encore livres scolaires et tant d'autres. 

Il faut bien se le dire, ma préférence va à l'écrit imaginaire. Quoi ? Tu écris pour de faux ? Oui, bon d'accord, elle était un peu nulle celle-ci, mais on comprend...enfin, je crois. Alors, il y a eu Projet Chrysalide, allez, je me la pète, France, puis Projet Chrysalide Québec. Un joli parcours pour un livre auquel je croyais si peu, mais que j'ai appris à aimer.

Et puis, les idées ont continué à se développer dans mon esprit et... Et puis tout recommencer... est devenu une trilogie un peu particulière. Avec en tome 2, le roman que j'ai commencé à écrire à...16 ans. Et oui, il faut parfois la maturité nécessaire pour écrire un livre !

Bref, maintenant, il me manque le temps. Mais je vais le trouver. 

Et puis, et puis, il y a ce récit de voyage à quatre mains. Et donc deux fois plus de temps à trouver^^, mais ça va le faire.

Et puis, et puis, une petite babiole, un petit truc un peu barré...que j'ai fini... Brèves de jour. 

Il sortira dans quelques semaines. Heureuse de vous le présenter.

Les ateliers d'écriture dans la presse

On parle des ateliers d'écriture dans la presse aujourd'hui !

Lire l'article en cliquant ici.

 

Très belle année 2016 !

Une très belle année 2016 à tous les lecteurs ou curieux qui passeront par cette page.

Au programme de cette année, de la radio, des conférences, des interventions en école, des ateliers d'écriture et.... une sortie littéraire ! Mais chut, je n'en dis pas plus ! A bientôt, donc.

Interview dans Book in Web

Interrogée par la créatrice de Book in Web, Morgane Sifantus. Un joli moment.

Pour lire l'article, c'est par ici !

Masse critique : Travers de routes de Damien Personnaz

Une belle découverte qui remue la tête et les tripes...

L'humanitaire n'a jamais été un long fleuve tranquille. Connaissant un peu le sujet, je m'y attendais, mais je ne pensais pas que la lecture de Travers de routes de Damien Personnaz, m'entraînerait autant. L'auteur prévient pourtant dès la 4ème de couverture : « voyager, c'est voir le monde tel qu'il est et non pas comme on voudrait qu'il soit. » Et là, il tape en plein dans le mille.

À travers des fragments d'anecdotes liés à ces différents voyages, Damien Personnaz dresse un état des lieux du monde humanitaire sans tabou, sans filtre. On pourrait presque dire "âmes sensibles s'abstenir", mais en fait non, il ne faut surtout pas, il faut le lire pour que justement on se rende compte de ce que c'est, de ce qu'il se passe vraiment là-bas. Pour se rendre compte que le monde ne se résume pas à quelques images que l'on zappe à la télévision en se plaignant dans notre petit confort quotidien. L'auteur, nous emmène avec lui dans les endroits les plus difficiles d'accès, les plus dangereux aussi sans doute. Et c'est du cash, mais du cash d'autant plus dérangeant qu'il est entraînant : on suffoque avec lui, au Libéria, dans sa chambre à la fenêtre confinée par un matelas portant l'inscription Médecin sans frontière. On a des sueurs froides en s'imaginant qu'il dort dans le même hôtel où le film « Hôtel Rwanda » a été tourné, film retraçant le génocide éclair (800 000 Rwandais tués en 3 mois). On se dit... il y était ! Et on a du coup, les images qui vont avec ce qu'il dit. Glaçant. 

Ce qui rend le livre d'autant plus touchant est que l'auteur ne se contente pas de raconter ce qu'il voit sous forme de carnet de voyage, il analyse, conclue parfois. Il rend son histoire humaine : oui, il est toujours hanté par la femme à la robe rouge. Non, il n'a pas revu telle ou telle personne. Parce que oui, il a fait des erreurs, peut-être, mais de très belles choses également. Et c'est tout à son honneur. Il n'est pas amer, au contraire, il est réaliste, serein, parfois cynique, mais cela ne fait pas de mal. On lit, on plonge, on se pose des questions, on voyage avec lui. On découvre un univers que l'on ne connait pas très bien, une autre facette. Ce livre fait partie d'une collection chez l'éditeur : Traces. Et je pense que lorsqu'on le referme, il en laisse, des traces, sur nous. Pas une envie de faire de l'humanitaire, il ne faut pas aller jusque-là, mais une envie de voir les choses autrement. Et c'est tant mieux.

Merci à Masse critique de Babelio, aux éditions de la Rémanence et surtout, à Damien Personnaz. 

Coup de "pousse" de Quotibien.fr

Merci à Cathy Delcros-Bohrt et Céline Perrin pour leur joli coup de "pousse" avec cet article dans le magazine Quotibien.fr.

Pour le découvrir : cliquez par ici

Coup de Coeur : L'Oeil de Tolmuk d'Anaïs La Porte

Une écriture simple, fluide qui nous permet d'accrocher dès les premières pages.
On y retrouve les influences du Monde de Narnia ou encore du Seigneurs des anneaux (peut-être surtout pour le personnage d'Owen d'ailleurs) ...et on aime.
On a envie d'en savoir plus, on s'attache à Line pour son côté intrépide, à Maël pour sa dévotion et son courage et petit à petit à Léonie. On s'intègre à l'histoire et on devient très vite un membre de cette folle équipée. De beaux paysages, des rencontres atypiques, tous les ingrédients sont là pour que l'on aime.Une jolie découverte que je recommande à tous les fans d'aventures et de fantasy de tout âge !

Masse critique de Babelio

Suite à ma participation au masse critique de Babelio, j'ai pu découvrir Sur les rives du lac Mère de Francesca Rosati Freeman.


Lisant peu de récits de voyage, j'ai malgré tout été agréablement surprise par celui-ci. Francesca Rosati Freeman nous entraîne, sans fioriture et avec une grande simplicité dans ses divers voyages dans le Yunnan, au sud-ouest de la Chine où depuis des millénaires habitent un peuple qui a peut-être tout compris, à l'heure où on se pose encore ses questions en Occident. Quelles questions ? La place de l'homme et de la femme dans la société, le rôle du mariage dans le couple et bien d'autres encore. Résolument dans l'air du temps, ce carnet de voyage dresse un portrait attachant de ce peuple, qui, même s'il est reconnu comme un modèle par l'ONU reste en danger. Il subit en effet les flux migratoires et la politique chinoise à l'instar d'autres peuples comme les Tibétains. A travers ce livre, l'auteure montre son attachement à ce dernier tout en expliquant bien leurs us et coutumes. Quelques longues phrases au début, mais l'ensemble est bien construit et le cahier central avec les photos est un petit plus bien sympathique. Sans pour autant dire que c'est un coup de cœur, un livre fort appréciable et contrairement parfois au genre "livre de voyage", utile et amenant à la réflexion. 

Revue de presse

On parle de Yucca Editions et accessoirement de mon rôle au sein de la maison d'édition sur le blog de Florence Gindre (merci à elle), ici et de mes ateliers d'écriture dans le dernier Regards sur Carmaux !

Salon : 3 dates à venir

Trois dates à venir où je serai présente avec mes livres et ceux de Yucca Editions :


  • 20 juin : Salon du livre associatif, Paris
  • 28 juin : Salon du livre de Poitiers (86)
  • 5 juillet : Salon du livre et de la gourmandise de Pampelonne (81)

Vitaltest, La pépite de Yucca Editions

Yucca Editions, l'association carmausine, lance leur collection Fantasy et publie une toute jeune auteure de 16 ans.

 

Clara Suchère a 16 ans et elle vient de publier le premier tome d'une saga qui s'annonce addictive, Vitaltest, chez Yucca Editions, la maison d'édition associative carmausine. L'occasion pour cette dernière de se lancer dans la Fantasy, littérature de l'imaginaire destinée aux jeunes et aux moins jeunes.

Vitaltest, c'est quoi ?

C'est l'histoire de Milly, Lauryn, Julien âgés de quinze ans. L’âge où ils doivent subir leur Vitaltest, un lâchage initiatique dans un lieu inconnu. Ils n’ont pour tout bagage et toute arme que leurs vêtements et le cristal représentant l’élément sur lequel ils détiennent un pouvoir tout neuf. Arriveront-ils à se retrouver et à s’organiser pour survivre ? Le mois que va durer leur test ne risque-t-il pas de se transformer en vrai cauchemar pour ces jeunes citadins peu habitués à vivre en pleine nature ? L’air, l’eau, la terre et le feu, qu’ils maîtrisent à peine, seront-ils pour eux un appui ou, au contraire, des armes au service des pulsions de mort qui pourraient en habiter certains ?

Les ados y trouveront tout ce qu'ils aiment, et les adultes, derrière l'aventure située en 2167, une vision pointue et parfois inquiétante des relations dans les groupes d'adolescents... Qui n'est pas sans rappeler les problèmes actuels, notamment sur le harcèlement scolaire.

Surfant sur la vague des grandes sagas (Hunger Games, Divergente...), la premier tome dévoile des thèmes forts qui sauront conquérir le cœur des lecteurs. Les premières critiques sont d'ores et déjà séduites, à suivre donc pour les prochains tomes.

--

Vitaltest, tome 1 Sans repères, Yucca Editions, 300 pages, 15€. Disponible en librairie ou sur le site de la maison d'édition (Yucca Editions)

Avis sur Projet Chrysalide

Dernier message reçu à propos de Projet Chrysalide :

" J'ai adoré votre livre qui révèle un coté autant policier que fantastique et dont la lecture est très simple et qui englobe une histoire aux principes des plus géniaux et farfelus" [...] 

Avis d'un jeune lecteur souhaitant le présenter en cours. 

Rencontre LITTÉRAIRE ce samedi